Bandeau
Etude monographique du 0,50F Marianne de Béquet
Sa naissance, sa production, son utilisation postale

Ce site philatélique étudie le timbre 0,50F Marianne de Béquet, depuis sa conception jusqu’à son utilisation postale en passant par les différentes présentations dont il a fait l’objet.

logo article ou rubrique
Généralités sur les carnets émis

Introduction

Des carnets fermés pliés de 10 et de 20 timbres, avec ou sans barres phosphorescentes, ont été produits, avec trois types de couverture : Caisse d’Épargne Postale, Code Postal sans trait et Code Postal avec trait. Ceci donne au total dix sortes de carnets différents, numérotés C1 à C10 dans la majorité des catalogues et donc ici aussi.

Nous allons maintenant décrire et illustrer ces divers types de carnets, en fournissant toutes les informations que nous connaissons sur ces carnets (presses, viroles, confectionneuses utilisées). Les dates que nous mentionnons sont celles actuellement connues, par exemple d’après le Cours des Carnets de l’A.C.C.P.. Rien ne garantit cependant qu’elles ne soient pas améliorables.

Presses utilisées

Les timbres de ces carnets ont été imprimés sur les presses TD6-3, 6-4, 6-5, 6-6 et 6-7 pour les carnets de 10 :
 

carnet de 10 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-3

 

carnet de 10 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-4

 

carnet de 10 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-5

 

carnet de 10 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-6

 

carnet de 10 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-7

 
et sur les presses TD6-3, 6-5, 6-6 et 6-7 pour les carnets de 20 :
 

carnet de 20 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-3

 

carnet de 20 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-5

 

carnet de 20 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-6

 

carnet de 20 timbres dont les timbres ont été réalisés sur la presse TD6-7

 

Viroles utilisées

caractérisation de la virole d’un carnet

 
 
 

Dix-neuf viroles ont servi à imprimer les timbres de ces carnets. Nous allons ici décrire les caractéristiques de celles-ci, d’après la brochure sur les carnets du 0,50F Marianne de Béquet de J. RENARD.
 
 
 
Mais d’abord, rappelons comment ces viroles sont caractérisées : pour chaque repère électronique associé à une virole, on définit, selon la figure ci-contre, quatre paramètres mesurés en millimètres et notés L, D, G et B.
 
 
 

Les viroles utilisées pour produire les timbres ayant servi pour la confection des carnets peuvent alors être décrites par le tableau suivant :
 

Viroles utilisées pour les carnets

 

virole
presse TD concernée
carnets concernés
dates extrêmes
paramètres
1
6-3, 6-6
C1, C2
4.12.70 -> 8.4.71
L=10,3 D=3,6 G=4,1,
B=0,4
2
6-4
C1, C2
4.12.70 -> 24.2.71
L=9,9 D=4,1 G=4,0,
B=1,1
3
6-4, 6-6
C1,C2
29.12.70 -> 8.4.71
L=9,0 D=5,0 G=4,0,
B=0,5
4
6-3
C1, C2
26.1.71 -> 16.6.71
L=10,1 D=3,8 G=4,1,
B=0,3
5
6-6
C1, C2
15.7.71 -> 1.9.71
L=9,6 D=4,2 G=4,2,
B=1,2
6
6-6
C1, C2
21.1.72 -> 29.6.72
L=9,7 D=4,5 G=3,8,
B=0,4
7
6-5
C1, C2, C3, C5, C6
2.2.72 -> 10.10.72
L=9,9 D=4,1 G=4,0,
B=0,8
8
6-6
C3, C4, C5, C7, C8, C9
14.9.72 -> 29.12.73
L=10,0 D=4,0 G=4,0,
B=0,0
9
6-6
C3, C4, C5, C7, C8, C9
24.2.73 -> 15.3.73
L=9,9 D=4,3 G=3,8,
B=0,0
10
6-6
C3, C4, C5, C7, C8, C9
16.2.73 -> 9.10.73
L=10,6 D=3,5 G=3,9,
B=- 0,1
11
6-5
C3, C4, C5, C7, C8, C9
14.2.73 -> 14.3.73
L=9,9 D=4,0 G=4,1,
B=0,0
12
6-3
C3, C4, C5, C6, C7, C8, C9
2.1.73 -> 4.5.73
L=10,1 D=3,7 G=4,2,
B=0,0
13
6-5
C5, C6, C7, C8, C9
23.7.73 -> 23.11.73
L=10,6 D=3,4 G=4,0,
B=0,0
14
6-5
C5, C6, C7, C8, C9
28.7.73 -> 22.10.73
L=10,7 D=4,0 G=3,3,
B=0,0
15
6-6
C7, C8, C9
18.12.73 -> 8.1.73
L=10,1 D=4,0 G=3,9,
B=0,0
16
6-6
C7, C8, C9
28.11.73 -> 28.1.74
L=10,5 D=3,9 G=3,6,
B=- 0,1
17
6-6
C7, C8, C9
1974
L=10,3 D=3,5 G=4,2,
B=- 0,1
18
6-5, 6-7
C7, C8, C9, C10
26.2.74 -> 31.7.74
L=10,2 D=4,1 G=3,7,
B=- 0,3
19
C1, C2
 ?
 ?
L=9,0 D=4,0 G=5,0,
B=0,15

 

La virole 19 a été découverte tardivement (cf. article de J. RENARD dans le Bulletin du C.A.M.). Logiquement, elle aurait dû avoir un numéro entre 1 et 5. Je n’ai pas d’autre information sur cette virole que ses paramètres.

Je vais maintenant fournir, sous forme de tableau, une reproduction agrandie de tous les repères électroniques de ces viroles, grâce à la brochure sur les carnets du 0,50F Marianne de Béquet de J. RENARD.

Repères électroniques des viroles utilisées pour les carnets

 

n° virole
repère électronique
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19

Confectionneuses utilisées

Les couvertures des carnets ont été produites sur les confectionneuses 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8. Par ailleurs, il existait un cylindre cliché sans numéro qui pouvait servir de remplacement sur n’importe quelle confectionneuse. Ainsi, un certain nombre de carnets ne possèdent pas de numéro de confectionneuse (dans le chapitre qui suit, je parlerai de confectionneuse sans numéro, même si ce terme est inexact).