Bandeau
Etude monographique du 0,50F Marianne de Béquet
Sa naissance, sa production, son utilisation postale

Ce site philatélique étudie le timbre 0,50F Marianne de Béquet, depuis sa conception jusqu’à son utilisation postale en passant par les différentes présentations dont il a fait l’objet.

logo article ou rubrique
Introduction à la présentation des timbres
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

    traductions de cet article :
  • English

Introduction

Ce site est consacré à l’étude d’un timbre d’usage courant (TUC), la Marianne de Béquet à 0,50F. Ce type d’étude doit être centré sur la notion d’aspect telle que l’a introduite J.J. RABINEAU dans « Timbres de tous les jours » :

Un timbre-poste est un produit industriel. A ce titre, il est constitué de composants industriels : papier, gomme, type de report de la gravure taille-douce, couleur de l’encre, barre phosphorescente, dentelure...

La modification d’un seul de ces composants génère un nouvel aspect. Si cette modification est accidentelle, c’est une variété qui est générée.

Pour le timbre 0,50F Marianne de Béquet, les divers composants industriels mis en jeu sont :

  • la dentelure, qui permet de différencier les timbres provenant de feuilles, de carnets de 10 ou de 20 timbres ou de roulettes ;
  • le matériel d’impression : presse TD6, TD3 ou RGR ;
  • l’existence ou non de barre phosphorescente ;
  • le type de barre phosphorescente : A, D ou B ;
  • la gomme qui peut être métropolitaine (gomme arabique) ou tropicale (gomme synthétique à base d’alcool de polyvinyle, qui a la propriété d’être insensible aux variations hygrométriques ambiantes) ;
  • l’existence ou non d’une surcharge 25F CFA.

A partir du nombre de journées d’impression des timbres de feuilles de la Marianne de Béquet à 0,50F (et en comptant les samedis travaillés connus comme des jours normaux), il est possible d’établir des statistiques sur les divers aspects de ce timbre.

statistiques sur les aspects connus de la Marianne de Béquet à 0,50F

Cette arborescence donne les proportions entre les divers aspects du timbre 0,50F Marianne de Béquet. Il faut cependant ajouter deux remarques :

  • à l’époque de la Marianne de Béquet, aucune information sur les tirages sous forme de carnets ou de roulettes n’était fournie. On ne sait donc pas combien de timbres de carnets ou de roulettes ont été émis ;
  • les timbres avec gomme tropicale n’apparaissent pas dans l’arborescence, car ils ne représentent que 0,4% des timbres produits sous forme de feuilles (en comptant les timbres surchargés et ceux non surchargés).

Dans cette rubrique, nous allons d’abord rappeler comment on peut reconnaître la provenance d’un timbre isolé. Nous décrirons ensuite les timbres produits sous forme de feuilles, puis ceux vendus sous forme de carnets et enfin ceux confectionnés sous forme de roulettes. Nous présenterons alors des variétés que l’on peut rencontrer sur les timbres de cette Marianne et, enfin, nous illustrerons tous les aspects connus du timbre 0,50F Marianne de Béquet à l’aide de plis comportant au moins un exemplaire de ce timbre.
 


Recherche multi-critères

affichage


Aucun article trouvé pour cette recherche
pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce RSS

2015-2018 © Etude monographique du 0,50F Marianne de Béquet - Tous droits réservés